PAUL EN SKI, ALAIN EN LUGE ÇA GLISSE!

Le 3 Décembre 2017 j’ai publié ce texte. Le 27 février 2020 il est malheureusement toujours d’actualité.

Moi je dis que c’est de l’acharnement.
Oui ok, c’était une fillette à l’époque mais va savoir la tête et le corps qu’elle avait à treize ans ! Si ça se trouve elle était déjà formée et elle avait du désir. Tu sais que même les enfants ont du désir ? Faut pas croire. Donc tout ceci est très exagéré. C’est un réalisateur qui fait des films géniaux. On ne peut pas résumer sa vie à cet incident survenu il y a quarante ans ! Tu comprends que c’est un peu réducteur. C’était…disons…une erreur de jugement.
Je pense que la petite était consentante. Oui, il paraît qu’il l’aurait drogué mais en même temps peut être que c’est elle qui voulait se défoncer. Tu les vois les gamins qui fument des joints à longueur de journée ? C’est surement ça tu sais. Et je ne pense pas qu’il soit obligé d’exemplarité sous prétexte qu’il est connu. C’est un être humain, avec ses failles. Tu vois, les footballeurs qui se tapent des professionnels mineurs ? Oui d’accord c’est des professionnels et elles sont consentantes mais à eux, on ne leur demande pas d’être exemplaires. Oui, effectivement on ne leur demande pas non plus d’être maître de cérémonie de quoi que ce soit. Ce qui est drôle c’est le titre de son film « j’accuse ». Avoue que c’est marrant quand même, il a un certain sens de l’humour.
Toi ce qui te dérange, c’est qu’on lui ouvre les portes de la maison en fait ? Qu’on le mette sur le devant de la scène en oubliant ce petit détail de sa vie. Mais c’est qu’il est incontournable en tant qu’ artiste! On ne peut pas effacer son art au profit de l’homme. Tu veux quoi ? Qu’on demande à tous les artistes d’être des moines ? Ils seraient moins bons sans leurs travers. Donc il va falloir que tu choisisses, tu veux des génies ou tu veux des gens polis ? Oui, c’est sûr, on est pas obligé de le glorifier mais en même temps c’est son travail qui est glorifié, pas lui.

Ah bon ça te chagrine ? Pourquoi on t’a violé c’est ça ? Tu ne me l’as jamais dit, tu veux qu’on en parle ? Ah bon… bon… tant mieux j’ai eu peur de devoir avoir une conversation chiante là. Mais alors pourquoi ça te concerne ? Oui je comprends. Moi aussi, au fond de moi, ça me donne comme une sensation bizarre mais je ne saurais pas l’expliquer. Je ne trouve pas le mot. Impunité ? Oui peut être que c’est ça. Effectivement, il est quand même recherché par Interpol et il se pointe en costard à une cérémonie que tout le monde peut voir à la télé. Dans ce cas c’est juste le verbe « rechercher » qui n’est pas juste, puisqu’on sait tous où il est. Mais tu as raison ! Ce n’est pas le fait, en soi, qu’il ait, ou pas violer cette gamine, c’est l’impunité qui dérange. Un peu comme les politiques là, tous condamnés et qui ne vont jamais en prison ou qui en sortent. Alors que quand une caissière vole des pâtes elle prend du ferme. Oui, c’est ça qui agace. Lui là, il est libre de ces mouvements parce qu’il fait partie d’une caste, d’une intelligentsia qui lui donne le droit d’être ami avec Satan et de danser avec lui sur notre monde. Ils font la ronde pendant qu’on est devant à les regarder valser. Alors je comprends mieux que tu sois tellement en colère. Imagine…imagine un peu…c’est drôle. Tu vas à la cérémonie et tu lui mets une gifle à ce malade. Tu crois que tu te ferais embarquer ? Ce serait loquace, toi qui n’ a jamais rien fait à personne, tu gifles un monstre et tu te fais embarquer. Il porte plainte, imagine. Et bien tu aurais de sérieux problèmes avec la justice parce que tu as giflé un type recherché par Interpol mais dont tout le monde sait où il est et qui ne risque rien, lui. Le monde est fou ma chérie. Mais si on pousse encore plus loin. Tu le plantes avec un couteau. Oui, je savais que ça te ferait plaisir cette alternative. Bon et bien tu risquerais d’aller en prison pour tentative de meurtre. Pour ta défense, tu pourrais dire que tu voulais aider la justice, car ce type était recherché depuis des années mais que personne ne le trouvait. Toi, tu as eu peur, car tu savais qu’il était recherché pour viol. Donc quand il t’a regardé, tu as paniqué, tu as cru qu’il voulait te violer et en totale légitime défense, tu l’as planté avec ton couteau que tu as toujours sur toi pour te protéger des pervers. Moi qui te connais bien, je pourrais témoigner du fait que tu as toujours eu un couteau sur toi. J’ai toujours trouvé ça exagéré que tu te ballades avec un cran d’arrêt mais en même temps, la petite qu’il a violé, si elle avait eu un couteau on aurait peut-être pas eu ses grands films mais on aurait eu un malade en moins. Ça se réfléchit. Et je pense qu’au final, juridiquement ton histoire tient la route.

Bon tu veux qu’on y aille à cette cérémonie avec le violeur de mineur ? Les puissants ne feront rien tu sais. Le responsable de cette académie, il te gifle avec son pénis, il te bifle. Enfin toi et tout le monde. Maintenant que j’y pense moi aussi je me sens un peu bifler. J’avoue que c’est très désagréable comme sensation. Surtout depuis le #metoo qu’ils ont tous dressé haut et fort depuis deux ans. A se pavaner dans les médiats en fustigeant les autres. Ce merveilleux élan de prise de conscience d’un monde malade qui doit changé. Pathétique. Le mec est un roi, « Ils ont faim? Qu’ils mangent de la brioche. » Il a appelé son film « j’accuse ». C’est magnifique. Mais je les vois tous, frétillant comme des gardons. Se parant de leurs habits de lumière, ravalant leur #metoo bien profond dans la gorge pour laisser place à une petite voix cristalline, vidée de vérité et de dignité.

Il arrive un temps où la nouvelle génération doit définir ces propres règles de morale et de convictions. Il faudrait que certains artistes refusent de présenter leur film. Mais ils ne le feront pas. Ils sont trop agrippés à leur possible gloire. Sans convictions je te dis. Des artistes de télé réalité tout ça. Tu sais, peu de gens vont au bout de leurs idées, ils ont trop peur. Encore mieux, tout le monde va à la cérémonie et quand son nom est cité, tout le monde sort en silence. Ce serait un grand message pour l’humanité. Il suffit parfois de peu de chose pour dire au monde qu’il suffit. Un jeune homme tout seul avec des sacs de course face à un char. Parfois une simple impulsion humaniste suffit à dire au monde entier que l’inacceptable n’est plus accepté. Mais je ne crois pas que notre génération soit de cette trempe ma chérie. Non je ne crois pas. Je pense qu’on assistera au même défilé de meringue et de pingouin. Et puis c’est tout. Notre génération allume la télé pour voir l’horreur en temps réel et prendre la mesure de notre histoire qui s’étiole et faire comme tout le monde. Attendre le messie. Celui qui saura nous donner la force. Je le sais que Zorro ne viendra pas mais je n’ai pas d’autre choix que de l’attendre. Ne dis pas des choses pareilles. Satan a surement mieux à faire sur d’autres planètes, ici c’est déjà bien engagé pour lui.

Dans l’attente de nos peurs
Satan absorbe nos terreurs.
A chaque coup de massue
il fait un pas vers sa venue.
Notre non-espoir affirmé
l’aide à tracer sa destinée.
La lumière se fait opaque,
le noir est aphrodisiaque
pas de futur sans sang
auréolé de poussières
abécédaire sanguinaire
Quelle porte ?
Qui nous porte ?
Et vers quel port ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s